« Désordres anatomiques », 2000

12 photographies couleurs contrecollées sur aluminium, 12 x ( 50 x 50 cm)

12 photographies couleurs contrecollées sur aluminium, 12 x (50 x50 cm)

La peau, limite entre intérieur et extérieur du corps m’intéresse singulièrement lorsqu’elle est envisagée, à l’instar de la photographie, comme une surface d’inscription, mais d’inscription du désir.
A partir de polaroïds représentant des fragments de mon propre corps, j’ai cherché à dépasser cette opacité de la peau afin de révéler l’antre de la chair en exploitant la matière photographique sous-jacente. Associée à cette dernière, la lisibilité du référent s’en trouve brouillée. Ces images, issues des polaroïds rephotographiés, font naître une confusion visuelle entre le dessous et le dessus de la peau.
A la limite de l’obscénité, parce qu’innommables, ces « images-organes », cette anatomie fictive, troublent le spectateur. Confronté à un corps imaginaire, il est libre d’y projeter ses propres désirs et fantasmes.